Au bord de la ville de Roland Fuentès

au_bord_de_la_ville_200Une ville avec ses hautes tours blanches qui dominent le paysage, un bidonville avec ses cabanes en tôles qui s’entassent. Deux mondes qui se font face mais qui ne se côtoient pas. Cependant, il arrive que les habitants du terrain vague aient envie de découvrir cette ville qui les attire et les effraie à la fois. Quelques-uns s’enfuient mais ne reviennent pas. Ou quand ils parviennent à revenir, ils ne sont plus les mêmes, ils errent sans but comme des âmes en peine.

Sylvère qui a vu son meilleur ami partir tenter l’aventure, aimerait à son tour s’échapper de son quotidien morne où les adultes ne cessent de lui répéter que la ville est dangereuse. Il se lance et entraîne avec lui son amie Abilèn, pour explorer les hautes tours blanches.

Ils vont être confrontés à une autre réalité qu’ils n’imaginaient pas, d’autres règles qu’il faut respecter s’ils veulent survivre et échapper à la milice du gouverneur. Ils vont rejoindre la communauté des clandestins, qui sont obligés de se cacher et d’être le plus discret possible pour survivre. Ils vont apprendre qu’il faut travailler afin de gagner de l’argent, car ici tout s’achète rien ne s’offre ou se donne, c’est la loi qu’il faut absolument respecter.  Le gouverneur veut maintenir à tout prix le frêle équilibre entre clandestins et habitants de la ville. Des règles qu’il ordonne depuis sa demeure qui surplombe l’ensemble de la ville.

Notre héros et son amie ne supportent plus ces limites qu’on leur impose. Ils ne comprennent pas que l’on ne puisse pas être libre d’offrir un cadeau à quelqu’un, de donner pour seulement donner et rien attendre en retour. Le fait que tout se monnaye, que les gens ne se mélangent pas, qu’ils doivent vivre cachés, cela les attristent et Abilèn ressent une telle angoisse, une telle oppression que ça la rend malade. Sylvère veut l’aider et changer cette façon de vivre. Ils veulent que les deux peuples puissent cohabiter ensemble, apprennent à se connaître, à se mélanger…

Un roman de science fiction qui nous force à nous interroger sur les rapports que l’on entretient avec l’argent, sur cette société de consommation qui rend les gens dépendants et où offrir est synonyme de délit. Une histoire très riche et très bien écrite. L’auteur nous montre un monde où les clivages entre clandestins et habitants de la ville sont très forts. Mais l’humanité et le courage des deux jeunes personnages vont bouleverser le système mis en place et mettre à jour ses défaillances. Un très bon roman d’anticipation, avec des réflexions intéressantes. A lire absolument…

Publicités

6000 nuits d’André Borbé

Depuis 16 années un tyran fait régner la terreur et la répression sur la ville de Boucainvillier. Les habitants ont perdu toute joie de vivre et craignent d’être arrêtés et jetés en prison à tout moment.

Esther, une jeune fille insomniaque et sa plus fidèle amie vont décider de se révolter. Elles vont découvrir une société secrète dont les membres appelés les Bienveillants essayent d’instiller l’espoir aux habitants en leur livrant des colis spéciaux. A l’intérieur de ceux-ci se trouvent des LIVRES. Des livres dont les mots transportent les lecteurs et leur font entrevoir d’autres mondes, d’autres réalités qui les aident à affronter leurs quotidiens, à avancer quoiqu’il arrive…Chacun se réjouit de trouver ce petit paquet au pied de leur porte, promesse d’évasions…

Les Bienveillants ont un don pour écrire ces histoires et également une particularité celle d’être insomniaque…Esther va alors découvrir qu’elle peut braver l’autorité grâce à son talent d’écriture. Mais elle doit faire preuve de discrétion et de prudence car l’armée du tyran veille…

Par son inspiration et son imagination, elle redonne espoir aux habitants, qui vont enfin oser se révolter, oser affronter le tyran et son armée. Mais le chemin sera semé d’embûches…

L’auteur nous raconte l’aventure que vont vivre ces deux jeunes filles et on apprend en même temps l’Histoire, celle du temps d’avant l’occupation, où la famille royale régnait en paix sur la ville. Tous les habitants pouvaient avoir accès à la Bibliogare : lieu où tous les livres étaient conservés et où ils pouvaient y accéder quand ils le désiraient.

Un roman plein de douceur et d’humanisme où les bienfaits de la lecture peuvent venir à bout de la dictature, où les mots rassemblent les gens et leur donnent l’espoir et l’envie d’une vie meilleure… Les personnages sont très attachants, l’écriture est fluide et l’on est emporté par l’idéalisme et le courage de ces deux jeunes filles prêtes à tout pour renverser le pouvoir mis en place. Une histoire d’amitié, d’amour et de livres…

Blog Stats

  • 22 780 hits

Calendrier

avril 2013
L M M J V S D
« Mar   Mai »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930