Que fais-tu fantine ?, d’Emmanuelle Houdart

Ce livre est un livre de devinettes, où il faut aider la petite Fantine à retrouver ses louis d’or, le livre des secrets, la couronne bleue et autres objets plus ou moins farfelues….

De pages en pages, on s’amuse à chercher ces objets parmis les illustrations colorées et détaillées.

L’illustratrice dessine des multitudes de personnages, d’objets et rajoute des petits détails afin que ce soit rigolo pour le lecteur de retrouver les objets cachés.

Publicités

Un livre, d’Hervé Tullet

Un livre Hervé Tullet

Voici un livre qui va amuser les enfants car il nécessite leur participation ! L’histoire commence sur un rond jaune qui est tout seul au beau milieu d’une page blanche. L’histoire va évoluer en fonction des gestes  que l’auteur nous demande de faire….On manipule ce livre avec enchantement pour découvrir ce qu’il va se passer au fur et à mesure des pages : C’est magique !

C’est un livre interactif où les enfants pourront taper sur les ronds, souffler pour les mélanger, pencher le livre pour qu’ils tombent….

Hervé Tullet est un illustrateur jeunesse qui a publié beaucoup de livres jeux qui ravissent les enfants.

Vous pouvez découvrir son univers en visitant son site.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Grand Loup & Petit Loup, de Nadine Brun-Cosme et Olivier Tallec & La feuille qui ne tombait pas

Grand Loup passe sa journée sous un arbre où il cueille les fruits qui lui servent de repas, où il fait sa gym en grimpant sur les branches les plus hautes de l’arbre et en effectuant quelques exercices, il dort à l’abri entre les racines sous une couverture de feuilles, et il se promène dans les alentours pour passer le temps. Le reste de ses journées, il s’adosse au tronc et contemple le paysage qui s’étend devant lui… jusqu’au jour où un loup, tout petit, apparaît et bouleverse son quotidien au point que Grand Loup s’ennuie sans ce Petit Loup bleu.

Entre les palettes pastelles, les deux personnages (Grand Loup et Petit Loup) sympathiques et attachants, les décors (de somptueux paysages avec des champs, forêts et collines), on a de quoi se délecter et savourer!

Il existe une autre histoire intitulée : Grand Loup & Petit Loup, La petite feuille qui ne tombait pas. Il s’agit du même duo de loups, du même arbre, du même auteur et illustrateur, etc… mais ce n’est pas la même histoire. Tout en haut de leur arbre, il y a une magnifique petite feuille qui plaît énormément à Petit Loup, il rêve de la toucher, la goûter, la regarder de plus près mais elle est accrochée à une très haute branche et n’est pas décidée à tomber. Comment faire? C’est Grand Loup qui par amitié surmontera ses peurs pour faire plaisir à Petit Loup.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mon chat le plus bête du monde, de Gilles Bachelet

Un éléphant, pardon un chat, et toutes ses pitreries racontées et illustrées par Gilles Bachelet (qui a aussi fait Il n’y a pas d’autruches dans les contes de fées). Toute personne qui possède un chat reconnaîtra le sien dans les mimiques de ce livre. On retrace le programme d’une journée pour un chat, c’est-à-dire manger & dormir (ou dormir & manger!), ses poses plus ou moins élégantes.

Mais ce qui fait le succès et l’intérêt de ce livre, c’est surtout que tout repose sur cette ambiguïté entre l’éléphant qui joue (très bien) le rôle du chat. Que Gilles Bachelet ai réussi à transposer sur un éléphant le caractère et les attitudes d’un chat, relève de la prouesse! Et puis, c’est drôle un chat. Je conviens qu’il vaut mieux apprécier les chats pour comprendre ce livre, reste les illustrations tout aussi ludiques!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Öko un thé en hiver, de Mélanie Rutten, éditions MeMo

« Madeleine la vieille cigale du village meurt de vieillesse. Öko, Mitsu, Eliott et les autres se réunissent pour un dernier au revoir à celle qui était un peu la grand-mère de tous. On parle de Madeleine, mais aussi de cet étrange personnage qui erre dans la forêt… Après Mitsu, c’est au tour d’Öko d’être au cœur d’une histoire tendre dans laquelle il se confronte à la mort, au sens de la vie, à l’amour naissant, à l’amitié mais aussi aux préjugés d’un village pour ce qui lui est étranger. »

Les éditions MeMo font beaucoup de livres de très bonne qualité, et ça c’est bien. Il faut de tout pour faire un monde, et MeMo édite de belles choses comme ce fut le cas, en 2010, avec Öko un thé en hiver, de Mélanie Rutten. Cette histoire est un écrin de douceur, de tristesse, de poésie, de joie, de souvenirs… Cet album aborde le thème de la mort, de la perte d’un être cher (tout comme Lucie est partie, de Sebastian Loth, si vous voulez lire l’article, suivez ce lien : http://wp.me/p2001L-cv). C’est une belle histoire, qu’on a envie de lire, seul(e), tranquille, et quand on le referme, on voudrait rester seul(e), et laisser ses pensées s’envolaient vers toutes ces personnes qui ont tant comptées pour nous mais qui ne sont plus là…

Une petite visite, si vous le souhaitez, sur la présentation du livre par MeMo : http://www.editions-memo.fr/Oko-un-the-en-hiver. Cet album faisait partie de la sélection du prix sorcières 2011 (c’est donc un gage de qualité).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Sacré Sandwich! de Christian Voltz

Qui n’a jamais eu l’envie soudaine de manger un bon sandwich de Mc Killian? Certainement pas notre personnage qui, en lisant le journal (où les gros titres parlent des victimes du Loup!), a son ventre qui gargouille. Que cela ne tienne, il se rend au marchand de sandwichs. Mais en chemin, il se dirige tout droit vers le bois où réside l’affreux abominable monstrueux sanguinaire méchant effroyable Loup dont tout le monde a peur. Inconscient du danger, notre bonhomme prend le temps de partager son fameux sandwich avec les animaux qu’ils croisent : un oiseau, une grenouille, un lapin (aux très très grandes oreilles!), un cochon, une coccinelle, un canard et un escargot, tout compte fait il se retrouve avec un petit morceau de sandwich. C’est alors que le (rappelez-vous, l’affreux abominable monstrueux sanguinaire méchant effroyable) Loup surgit face à lui avec des « Miam miam » plus que révélateurs sur ses intentions. Sauf que… lisez et vous saurez!

Christian Voltz n’a plus besoin de faire ses preuves car sa technique d’illustration unique (qui est bien souvent copiée sans être égalée) vaut le détour. Il compose chaque tableau (double-page) dans son atelier avant d’aller faire photographier son livre, un travail de titan et de fourmi aussi!

Les histoires qu’il a pu écrire, et illustrer, sont un savant mélange d’humour, de poésie, d’actualité, de gravité, qui offre aux enfants (et aux adultes) matière à réfléchir et apprécier. Que ce soit pour le plaisir des yeux, de l’histoire, ou pour le côté rigolo, n’oubliez pas les petits bijoux de livres de Christian Voltz, vous en trouverez forcément un qui conviendra.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Leçon de vol, de Sebastian Meschenmoser aux éditions Petite Plume de Carotte, et bien d’autres…

Bon ok, j’avoue Sebastian Meschenmoser c’est pas des plus faciles à prononcer, néanmoins ce qu’il fait est très original.

Première question : avez-vous déjà vu un album avec pour illustrations des croquis et des esquisses?

Ma réponse : non, pourquoi?! Ah, oui parce que ça marche aussi bien qu’une peinture ou le découpage, ou tout autre technique ultra compliquée ou simplifiée d’illustration!

Deuxième question : Connaissez-vous les éditions Petite Plume de carotte et/ou Plume de Carotte?

Ma réponse : Ouiiiiiiiiiiiiiii! Vous non, c’est pas bien, alors pour la petite histoire, ce sont deux maisons d’édition toulousaines qui  font des livres de toute beauté! Peut-être avez-vous croisé un des documentaires sur le Land Art* de Marc Pouyet tels que Artistes de nature, ou Artistes de jardin, ou encore Joueurs de jardin, ou bine un de leurs nombreux herbiers qui se surpassent à chaque fois en beauté car tout est parfait dans chacun de leurs livres (on vous a pas dit, on va renommer cette rubrique « coups de cœur » en éloges aux livres ?!), je vous laisse visiter leur site internet  : http://www.plumedecarotte.com/ où ils vous parlent et présentent bien que moi leurs ouvrages.

* késako le Land Art??? ah ah, c’est tout simplement faire de l’art éphémère avec la nature, en utilisant tout ce que vous trouvez et qui est naturel (pommes de pins, cailloux, feuilles, fleurs, branches, graines, pétales, etc, vous avez le choix!), le but est donc de faire une œuvre d’art (pas modeste!) avec des matériaux naturels puis de la prendre en photo pour garder une trace, car je le rappelle le Land art est éphémère! Voilà, très apprécié des enfants et des plus grands, facile à réaliser, génial pour sensibiliser à la nature, adoptez le Land art!

Troisième question : vous en connaissez beaucoup des livres qui parlent de pingouins?

Ma réponse : c’est sûr que les pingouins sont moins présents que les loups, les chats/chiens, vaches/poules, oiseaux de toutes sortes, lions/tigres, et autres animaux fortement appréciés par les enfants. Cependant, il existe quelques titres d’albums où l’on retrouve notre cher pingouin! Son cas n’est pas aussi désespéré que les autruches!

Ce qui donne lieu à la troisième question bis : pouvez-vous me donner un titre de livre (album et pas documentaire) où il y a une autruche?

Ma réponse : Ouiiiiiiiiiiiiiiiii !!! Il n’y a pas d’autruches dans les contes de fées, de Gilles Bachelet et Patrick Couratin. Ça c’est une histoire géniale, dans le genre désopilante elle obtient la palme! Je n’en dis pas plus, courez le lire!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour revenir à Leçon de vol, je vous envoie à la présentation de l’éditeur : http://www.plumedecarotte.com/ouvrage_fiche.php?id=57

Plein soleil d’Antoine Guilloppé

J’ai découvert l’album d’Antoine Guilloppé il y a très peu de temps et je ne pouvais pas ne pas vous en parler tellement il est magnifique !

L’histoire est simple et touchante : « La savane s’éveille doucement sous le soleil. Zèbres, lions, girafes, crocodiles et rhinocéros regardent passer le jeune Issa. Qui peut dire où il va ? Et si dans la lumière dorée du soleil, Issa allait retrouver sa belle ? « 

Mais ce qu’il y a de vraiment d’incontournable dans cet album, ce sont les illustrations qui représentent des paysages, des décors, des personnages avec une technique (unique !) de papier découpé au laser. C’est minutieux, détaillé et cette technique permet de jouer sur les ombres et les lumières. Les illustrations sont tellement belles, qu’on manipule le livre avec beaucoup de précaution.

Le papier dans lequel sont découpés les illustrations est entièrement noir mais une touche vient les réhausser et les éclairer : le doré qui amène un constat très intéressant.

L’illustrateur et auteur a su créer une ambiance merveilleuse avec ses illustrations en ombres chinoises (issues d’un véritable travail d’orfèvre). Il a d’ailleurs publié Pleine Lune qui reprend la même technique et qui est sublime également.

Les enfants et les adultes seront touchés par l’esthétisme des images et cette histoire simple d’une Afrique apaisée…

Si vous aimez aussi beaucoup son travail, il existe les cartes postales et des marques pages réalisés par l’illustrateur qui reprennent les illustrations des livres. (A collectionner !)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Si tous les éléphants s’appelaient Bertrand…, d’Edouard Manceau

« À l’origine tous les éléphants s’appelaient Bertrand. Comme ce n’était pas pratique ils ont cherché une solution pour se différencier. Ce livre joue sur les situations cocasses et les malentendus en proposant de nombreux clins d’œil à notre société. »

Ce livre est juste… drôle! La situation dans laquelle se retrouve les éléphants (les « Bertrand » devrions-nous dire) est plutôt coquasse, et les dessins où chaque éléphant est découpé dans du papier de couleurs, tout comme les objets, etc, c’est un joli assemblage de couleurs, c’est mignon! Oui, je sais, ce n’est pas vraiment une critique mais c’est vraiment ce que m’inspire la lecture de cet album, alors j’ose qualifier Si tous les éléphants s’appelaient Bertrand de … mignon!

Que dire, sinon répétait que cette histoire est amusante, les dessins beaux (oui, je ne parle que de livres que j’aime, un point c’est tout!), et patati, et patata…

Oh! Et puis Édouard Manceau a écrit d’autres albums illustrés avec la même technique (découpage papiers colorés) comme Tous pareils (avec des caribous burlesques) ou Tout pour ma pomme (avec un loup) édités chez Milan, et plein d’autres livres pour les tout-petits aux éditions Frimousse (très bien aussi bien sûr!).

eh, oubliez pas de le(s) lire!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Voilà c’était le dernier article sur la sélection des albums pour les maternelles du prix des incorruptibles de 2012. A ce propos, si vous cherchez un article sur ce prix, je vous conseille de lire le dossier sur les incos du magazine Page (avril-mai 2012), allez voir sur leur site internet, vous pouvez consulter l’article gratuitement en version numérique : http://www.pagedeslibraires.fr/. Je leur fais un petit coup de pub, puisque ce magazine parle de « livres lus et conseillés par les libraires », et les articles sont bien écrits, accessibles, justes, sympas, et puis c’est déjà pas mal!

Un grand monstre ne pleure pas, de Kalle Güettler, Rakel Helmsdal et Àslaug Jònsdòttir

« Tout ce que Petit-Monstre fait est toujours joli et réussi. Grand-Monstre, lui, n’est bon à rien ! Il se sent maladroit et il est triste, mais un grand monstre ne pleure pas… Va-t-il réussir, au moins une fois, à être meilleur que Petit-Monstre ? »

Un Grand-Monstre triste car il est moins adroit que son confrère le Petit-Monstre, des découpages et coloriages sur fond blanc, une petite morale à la fin, et un « happy-end » composent ce charmant petit album au format atypique (tout en hauteur et étroit). Il y a toute une série d’histoires avec ces deux personnages (voir dans les images tout à la fin de l’article).

Comme les enfants, Grand-Monstre et Petit-Monstre sont différents, à chaque activité et idée prononcées, Grand-Monstre a l’impression qu’il est nul et que Petit-Monstre est fort, c’est le meilleur! De quoi être jaloux, mais surtout très malheureux, seulement voilà chacun a ses qualités et ses défauts et l’occasion de le prouver à un moment donné. C’est donc au tour de Grand-Monstre, après une bonne crise de larmes (et oui, un grand monstre ne doit pas pleurer puisqu’il est grand, mais bon grand ou pas, pleurer ça fait du bien alors pourquoi se retenir!) d’apprendre au Petit-Monstre à nager, pour leur plus grande joie à tous les deux…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Previous Older Entries

Blog Stats

  • 22 780 hits

Calendrier

mai 2012
L M M J V S D
« Avr   Juin »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031